Rapport final du projet

Le rapport rédigé à l’issue du projet « Les rapports entre science, technique et société. Le cas des OGM et du HCB » a été rendu à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC) en novembre 2012. Le rapport abrégé (30 pages) est disponible auprès de l’ISCC. Le rapport complet (100 pages) est disponible auprès du responsable scientifique de la recherche Adélie Pomade.

Brève-février 2012

 

Après que plusieurs organisations (CFDT, GNIS, ANIA, FNSEA) ont décidé de quitter le comité éthique économique, éthique et social (CEES) du Haut conseil des biotechnologies (HCB) à la suite de la publication d’un avis sur la coexistence des cultures OGM et non OGM, François Fillon a demandé à Jean-François Dhainaut, président du HCB, de mener une mission afin d’identifier les succès du HCB, mais aussi les difficultés auxquelles il se heurte. « Cette mission devrait permettre de rétablir un dialogue constructif pour que la nouvelle forme de débat instaurée par cet organisme perdure », indique Jean-François Dhainaut dans un communiqué. Les parties prenantes seront auditionnées afin « de rassembler [d’ici fin mars] leurs réflexions et leurs souhaits, d’identifier les points méritants des ajustements ou des évolutions et de formuler des propositions (…). Le départ de certaines [d’entre elles] a montré ces dernières semaines que, si le dialogue avait toujours prévalu, certaines parties prenantes estimaient encore ne pas être suffisamment entendues ».

 

Source : http://www.actu-environnement.com/ae/news/hcb-evaluations-tensions-cfdt-ania-gnis-fnsea-14897.php4

Le Haut Conseil des biotechnologies a rendu un avis sur les conditions de coexistence entre les cultures OGM et non OGM.

L’avis du Haut conseil des biotechnologies est composé de l’avis du Comité scientifique et de la Recommandation du Comité économique, éthique et social :

Avis du Comité scientifique :  111221_Avis_CS_Coexistence_Avis_CS_HCB

Recommandation du Comité économique, éthique et social :  111221_Recommandation_Coexistence_CEES_HCB

Colloque International : L’expertise du Haut Conseil des Biotechnologies 15 mars 2012

 

Information : en raison du contexte socio-politique et de la proximité de périodes électorales, nous sommes au regret de vous informer que le colloque prévu le 15 mars 2012 est annulé et reporté à une date ultérieure.

Merci de votre compréhension.

Colloque Ethique et Evaluation

Le 23 septembre 2011, le Haut Conseil des Biotechnologie s’est réuni à l’Hopital Cochin (Paris) pour réfléchir sur la notion d’éthique au sein de son travail d’expertise. Ce fut une nouvelle occasion pour les membres du HCB d’échanger et de discuter, ensemble.

Plusieurs intervenants ont abordé le sort des plantes et animaux génétiquement modifiés, des questionnements s’orientant ensuite vers les limites acceptables de cette modification.

D’autres intervenants ont mené une réflexion plus théorique sur la notion. L’exposé de ses différentes acceptions a permis d’éclairer sur le sens à lui donner, au sein du HCB, et au regard de son expertise.

l’expertise au sein du HCB

Le Haut Conseil des Biotechnologies créé en 2008 est l’un des produits du développement
remarquable de la participation du public au processus de prise de décision et de la mise en
avant de l’expertise dans ce processus. En effet, l’expertise qu’il propose aux décideurs est
issue de la rencontre d’une pluralité de disciplines (scientifiques, sociales, techniques) et d’un dialogue entre les parties prenantes à la décision et les experts scientifiques (associations, agriculteurs, professionnels de l’agriculture). La question des organismes génétiquement
modifiés (OGM), au demeurant extrêmement délicate et sujette à controverse, constitue
l’essentiel des préoccupations du Haut Conseil. Aussi, au regard de sa composition et de sa
mission de conseil à l’autorité publique, il semble être un outil de réconciliation entre
sciences et société, précisément dans le domaine des OGM. En ce sens il pourrait être
l’outil hybride tant attendu afin de pacifier la communication entre les acteurs de
sensibilités différentes, et corrélativement la communication interdisciplinaire. Sa
jeunesse, associée au manque de détermination de son fonctionnement par le législateur, lui a
valu quelques critiques mettant en avant son inutilité. Il semble cependant que l’étude des
travaux réalisés par les deux chambres qui le constituent remette en cause cette accusation.